machine a sous allemande imprimerie

Se répartissent en deux échelons : - l'échelon G ou unités de guerilla qui auront pour mission de harceler l'ennemi ; - l'échelon D ou Destruction comprenant des unités.V.F.
Tous cependant prennent place, sévèrement gardés, dans un autobus qui les porte à Auch en fin de matinée.
Jacques Oudin et son successeur Georges Drin, responsables généraux de la diffusion, moururent en déportation.Défense de la France qui dura jusqu'au 15 septembre.Il a dans ses attributions l'organisation des.T.P.La population en est quitte pour une grande peur.Par contre, le 22 novembre suivant, on conduit le nouveau venu, George starr, chez le Maire de Castelnau, Roger larribeau, d'où il va organiser puis diriger son réseau avec l'aide de rouneau dit " Martin rendier ".En mars 1944, sont crés au plan national, les Corps Francs de la Libération, plus connus sous leur forme abrégée : les.F.L.Le 30 mai, à La Sauvetat, la Feldgendarmerie toujours, arrête le cultivateur Jean lamazere.Réditant ses recommandations du 12 mai, avait mis les Français en état d'alerte, prêts à prendre part au "soulèvement national".Le contact est pris avec celui-ci qui accepte l'offre que lui fait l'officier de la Wehrmacht : les hommes seront désarmés mais repartiront saufs.Poudensan qui le relie à la poste de Saint-Michel, permet en cas de danger de donner l'alerte.Dispositifs de sécurité : '.C.S.



Son arrestation fait suite aux évènements de Lavardens.
Confirmation lui en est donnée aux Ponts et Chaussée auxquels les Allemands se sont adressées pour connaître les itinéraires exempts de destruction pour gagner certainement Toulouse.
A signaler toutefois que les condamnés à mort du 3 novembre 1944 n'ont été fusillés que le 22 décembre.Le lendemain, elle se livre à des arrestations à Saint-Jean-Poutge.Courant mai, comme décidé en haut lieu, les.F.L.Deux résistants, cadeot et dumas, sont appréhendés.Comme ses compagnons, il part pour la prison Saint-Michel à Toulouse.Avec leur logeur, ils prennent place dans un car de la Milice qui les porte à Tarbes, via Masseube et Miélan, où ils sont enfermés dans la cave-bûcher de l'école Jeannne d'Arc, casernement des miliciens.On connaît déjà le nom du futur Préfet du Gers qui sera installé à la place de celui de Vichy, désigné par le comidac le (2).